samedi 24 juin 2017

#ChallengeAZ - U comme Ursule

U comme Useline... ou encore Ursule.


Pascaline Ursule LEVESQUE est née le 23 septembre 1830 à Saint Léonard en Seine-Maritime. Elle est la 4e fille de Jacques Guillaume LEVESQUE et de Rose Angélique BRINDEL.

Ses sœurs sont Rose Bibienne née en 1820, Ortense Adélaïde née en 1825, Eugénie Eloïse née en 1827 et Julie Victorine née en 1836.

Sa sœur Eugénie Eloïse se marie en 1848 aux Loges (Seine-Maritime) avec Placide Léon LEMAISTRE.


La fiche Geneanet de Eugénie Eloise LEVESQUE.

L’arbre (de sa sœur Eugénie!) :

Eugénie Eloïse LEVESQUE (1827-1882)
Marie Julie LEMAISTRE (1863- ?)
Philomène Marie Léopoldine PAUMELLE (1889-1961)
André Ferdinand Charles Edouard TALBOT (1915-1985)
La belle-mère de mon mari
La petite sœur de mon mari
Mon neveu

Pour aller plus loin :

Il s’agit de la branche de la belle-mère de mon mari mais que mes filles appellent « mamie ». Recherches récentes bien documentées.

Statistiques de ma généalogie sur les prénoms féminins commençant par la lettre U :

Uniquement 2 prénoms commençant par U sont présents dans ma généalogie, chacun apparaissant une seule fois en 2e prénom : Useline et Ursule.

Vous trouverez ici la récapitulation de tous les articles publiés pendant ce challenge AZ 2017.

vendredi 23 juin 2017

#ChallengeAZ - T comme Thérèse

T comme Théodorine, Thomasse, Tiphaine... ou encore Thérèse.


Thérèse JOACHIM a vécu au XVIIIe siècle. Elle est mariée à Pierre LEMARIÉ. Ils sont les parents de Rose LEMARIÉ née vers 1762 et décédée en 1836 à Appeville Annebault dans l’Eure.

Voilà tout ce que je sais de Thérèse...


La fiche Geneanet de Thérèse JOACHIM.

L’arbre :

Thérèse JOACHIM ( ?- ?) – sosa 1343 
↓ 
Rose LEMARIÉ (ca 1762-1836) – sosa 671 
↓ 
Marie Marguerite LONGUEMARRE (1795-1868) – sosa 335 
↓ 
Madeleine Désirée COUTURIER (1819-1880) – sosa 167 
↓ 
Alphonsine Désirée DUPEC (1848-1898) – sosa 83 
↓ 
Ernestine Emma HEBERT (1877- ?) – sosa 27 
↓ 
Henri Georges Maurice DESHAYES (1910-1968) – sosa 20 
↓ 
Le grand-père de mon mari – sosa 10 
↓ 
La mère de mon mari - sosa 5 
↓ 
Mon mari – sosa 2 
↓ 
Mes filles – sosa 1


Pour aller plus loin :

Il s’agit là de mes découvertes récentes pour lesquelles je n’ai pas encore eu le temps d’aller plus loin.
Une branche en friche donc où tout est à découvrir !

Statistiques de ma généalogie sur les prénoms féminins commençant par la lettre T :

Seulement 4 prénoms féminins commençant par la lettre T sont présents dans mon arbre. Thérèse est le plus répandu en apparaissant 21 fois (plus 2 fois dans le prénom composé Marie-Thérèse), suit Tiphaine qui apparaît 3 fois. Et enfin, Théodorine et Thomasse sont utilisés chacun une fois.

Concernant Tiphaine qui pourrait sembler être le plus moderne des prénoms, il est effectivement le 3e prénom d’une de mes cousines née en 1991 mais pour les 2 autres, il appartient à 2 très lointaines ancêtres ayant vécu fin XIVe / début XVe siècle !

jeudi 22 juin 2017

#ChallengeAZ - S comme Susanne

S comme Sainte, Scolastique, Séraphine, Simone, Sophie... ou encore Susanne.


Susanne DELOZIER voit le jour le 16 mars 1734 à Athis de l’Orne sous le règne de Louis XV. Elle est la fille de Mathieu DELOZIER né en 1694 et de Marie BELLANGER née en 1701 qui se sont marié en 1724. Je ne connais pour l’instant pas d’autre enfant pour ce couple.

Le 2 octobre 1759 à Athis de l’Orne, elle épouse Louis HUET fils de Louis HUET et de Catherine RESTOUT.

Ils ont 11 enfants : les jumelles Catherine et Anne Susanne en 1760, les jumeaux Marie Susanne Louise et Louis François en 1764, Pierre Jacques en 1766, Jean en 1768, Susanne Catherine en 1770, Pierre Jacques en 1772, François en 1773, André Pierre en 1774 et François en 1780.

Susanne DELOZIER décède à Athis de l’Orne le 12 mars 1790 à l’âge de 55 ans.


La fiche Geneanet de Susanne DELOZIER.

L’arbre :

Susanne DELOZIER (1734-1790) – sosa 885
André Pierre HUET (1774-1829) – sosa 442
Anne HUET (1819-1887) – sosa 221
Louis HUSNOT (1839-1900) – sosa 110
Mélina AngèleHUSNOT (1873-1921) – sosa 55
Louis Marie LECORNU (1893-1952) – sosa 27
Yvonne Marie Elisa GUÉRIN (1920-2010) – sosa 13
Mon papa – sosa 6
Moi – sosa 3
Mes filles – sosa 1


Pour aller plus loin :

Comme pour le reste des données découvertes aux débuts de mes recherches, je n’ai pas noté les sources de mes infos.

Un gros travail va donc être de vérifier et « sourcer » toutes ces données. C’est un travail que j’ai commencé pour le XIXe siècle pour lequel les recherches dans les archives en ligne sont plus aisées.

Il me faudra reconstituer l’éventuelle fratrie de Susanne. Par ailleurs, plusieurs de ses enfants portent les mêmes prénoms, c’est bien souvent le signe que le premier est décédé, je devrais parcourir les registres pour essayer de confirmer cette présomption.

Statistiques de ma généalogie sur les prénoms féminins commençant par la lettre S :

Le prénom le plus répandu dans ma généalogie est Suzanne (parfois écrit Susanne), il apparaît 29 fois Loin derrière apparaissent Sylvie (6 fois) et Sophie (4 fois). Au pied du podium, Simone et Sandrine apparaissent 3 fois.

Vous trouverez ici la récapitulation de tous les articles publiés pendant ce challenge AZ 2017.

mercredi 21 juin 2017

#ChallengeAZ - R comme Reine

R comme Renée, Rose, Rosalie, Raoulette, Raymonde, Roberte... ou encore Reine.


Reine Joséphine CALLAIS voit le jour le 5 janvier 1808 à Brestot (Eure). Elle st la fille de Laurent Benoit CALLAIS, sabotier âgé de 36 ans, et de Marie Anne LAMBERT âgée de 27 ans.

A sa naissance, elle a pour frères et sœurs : Marie Reine (1793), Jacques Laurent (1795), Louis Pierre (1797), Jean Baptiste (1799), Paul Thomas (1802) issus du 1er mariage de son père avec Marie Reine RENARD (1770-1803) et Marie Anne Rose (1806). Elle a un petit frère Richard Delphin en 1810.

Alors qu’elle n’a que 5 ans, sa mère Marie Anne LAMBERT décède à l’âge de 33 ans.

Un mois avant avant son 8ème anniversaire, le 2 décembre 1815, son père se remarie à Appeville-Annebault avec Madeleine PELLERIN. De cette union, naît Laurent Adolphe en 1816.

Elle grandit à Brestot et le 4 novembre 1830 à 22 ans, elle y épouse Pierre Tranquille CALLAIS âgé de 25 ans fils de Jean Baptiste Pierre Michel CALLAIS et de Marie Andrée LECUYER.

Leur premier enfant Pierre Augustin naît le 10 mars 1831, il décède 13 jours plus tard le 23 mars.

Désirée Joséphine naît le 31 mars 1832, suit Marie Henriette le 9 avril 1834 et enfin Altimère Joséphine le 24 novembre 1835.

Sa fille Marie Henriette décède à l’âge de 5 ans le 16 mai 1839.

Son père Laurent décède le 11 mars 1847 à 75 ans.

Le 25 avril 1850, sa fille aînée Désirée Joséphine épouse à tout juste 18 ans Alphonse Désiré LEVITRE, couvreur en paille âgé de 21 ans.

Le 4 novembre 1858, c’est au tour de sa fille Altimère Joséphine, 22 ans, d’épouser Benoit Optat CALLAIS.

Entre 1850 et 1865, elle verra la naissance de ses 7 petits enfants, 5 chez Désirée et 2 chez Altimère.

Reine Joséphine CALLAIS s’éteint le 21 mais 1881 au hameau de Mouillecrôte à Brestot à l’âge de 73 ans.


La fiche Geneanet de Reine Joséphine CALLAIS.

J'avais rencontré son père lors du #RDVAncestral de mai.

L’arbre :

Reine Joséphine CALLAIS (1808-1881) – sosa 139
Désirée Koséphine CALLAIS (1832- ?) – sosa 69
Henri Désiré LEVITRE (1865->1920) – sosa 34
Marie Antoinette Albertine LEVITRE (1892- ?) – sosa 17
Bernard Henri Marie CARRIÉ (1925-2017) – sosa 8
Le père de mon mari – sosa 4
Mon mari – sosa 2
Mes filles – sosa 1


Pour aller plus loin :

Beaucoup de CALLAIS se croisent dans cette famille, je n’ai pas encore l’occasion et le temps de vérifier s’il y avait des ancêtres communs entre ces familles.

Nous avons donc Reine qui épouse un CALLAIS, sa fille qui épouse aussi un CALLAIS mais j’ai également trouvé que son arrière grand père CALLAIS avait lui aussi épousé une CALLAIS...

De belles recherches encore en perspective !

Statistiques de ma généalogie sur les prénoms féminins commençant par la lettre R :

Seuls 8 prénoms féminins commençant par la lettre R sont présents dans ma généalogie.

Le plus utilisé est Renée avec 57 apparitions, suit Rose (30 fois) et Rosalie (16 fois). Au pied du podium se trouve Reine avec 7 utilisations. Avec 1 apparition chacune, Raoulette, Raymonde, Roberte et Rosa ferment ce classement.

mardi 20 juin 2017

#ChallengeAZ - Q comme... Qui je veux!

Q comme ….. rien du tout !! Point de Quiterie dans mon arbre...

Réfléchissons, Quiterie est fêtée le 22 mai. Le 22 mai, on fête aussi les Amélie ou les Émilie.
Partons donc à la recherche d’une Émilie ou d’un de ses dérivé...

Et je trouve : Marie Augustine Émilienne POTTIER, la seule de mes ancêtres directes portant ce prénom mais il n’apparaît qu’en 3e position sur son état civil.

Il s’agit là de mon arrière-grand-mère paternelle.

Elle est née le 14 août 1889 à Sainte-Honorine-la-Guillaume dans l’Orne. Elle est la fille de Ferdinand Gaston POTTIER et Léontine Florentine LEPLANOIS qui se sont mariés le 5 février 1888 à Ségrie-Fontaine. Elle est leur première née. Dans la vie quotidienne, elle sera appelée Augustine.

Suivront Marie Claire Émilienne (appelée Claire) en 1891, Marie Alice Céline en 1895 (appelée Céline), Eugène Albert en 1897 (appelé Albert), Juliette Eugénie Germaine en 1900 (elle décède en 1903), Marius Paul Émile et Marie Louise Germaine pour lesquels je ne connais pas la date de naissance.

Augustine devient domestique.

Le 2 décembre 1911 à La Carneille, elle épouse Jean LABAUNE originaire de Sâone-et-Loire qui, selon l’histoire familiale, a pris les fonctions de garde-particulier au château du Bois-André situé sur la commune de La Carneille.

Je m’interroge beaucoup sur ce mariage : Jean LABAUNE n’a apparemment jamais mis les pieds dans l’Orne avant fin septembre 1911, date de sa libération du service militaire. Ses parents se sont brièvement installé à La Carneille. D’après mes recherches, ils sont arrivés entre octobre 1910 et mars 1911 et repartis avant 1914.

Au recensement de mars 1911, c’est son père qui avait la charge de garde-particulier au château du Bois-André.

Est-ce que ce sont ses parents qui ont arrangé ce mariage ? Est-il venu en permission en cours d’année pour rencontrer sa « promise » ?

Augustine et Jean n’ont qu’un seul enfant, mon grand-père paternel, André Pierre Marius né en 1912.

Ce dernier épouse ma grand-mère Yvonne Marie Elisa GUERIN le 22 septembre 1941 et là, je sais de source sûre que c’est un mariage arrangé...

Augustine perd son fils unique André le 26 mai 1966 et son époux Jean moins d’un an plus tard le 24 avril 1967.

Ma « mémère Gustine » décède le 5 janvier 1983 au bel âge de 93 ans.

Née en 1974, j’ai quelques souvenirs de mon arrière-grand-mère et le personnage m’effrayait... Je crois qu’on peut la placer dans la catégorie des « méchantes ».

J’ai aussi bien connu sa « petite » sœur, « tante Claire », elles étaient toutes 2 dans la même maison de retraite. Autant j’avais peur de l’une, autant j’adorais la douceur, la gentillesse et la bienveillance de l’autre.

D’ailleurs, à chaque visite à la maison de retraite, mon frère et moi, nous nous serions bien passé de la visite à la première pour aller voir la deuxième ! Mais la consigne de nos parents était claire : « Si vous voulez aller voir tante Claire, il faut d’abord aller dire bonjour à mémère Gustine ! ».

Tante Claire a survécu à sa sœur et s’est éteinte le 8 septembre 1997 à 106 ans et 3 mois. Pas mal pour quelqu’un dont le médecin, vers ses 40 ans, avait détecté une maladie de cœur et prédit une fin rapide...

Et là, j’ai envie de vous parler un peu de ma tante Claire, née le 30 ami 1891.

Elle épouse en 1918 Jules Ernest PAPIN. Il n’ont pas d’enfants. Veuve en 1947, elle se remarie en 1948 à l’âge de 56 ans avec Achille Robert LEPORTIER âgé de 52 ans. Elle sera de nouveau veuve en 1965.

Elle est domestique, comme sa sœur.

Et elle « monte » servir à Paris, et là-bas, elle aura l’occasion de servir Raymond Poincaré. Sa grande fierté : elle racontait qu’un jour où elle lui servait le café, celui-ci lui avait fait poser son plateau et demander de boire un café avec lui. Je ne sais malheureusement pas bien à quelle époque c’était, si c’était pendant son mandat de président de la République (1913-1920) ou plus tard.

Jusqu’à la fin de sa vie, elle a gardé toute sa tête, il fallait juste parler un peu fort pour qu’elle nous entende. Elle savait poser les questions à bon escient à mon père agriculteur : au printemps si les semences s’étaient bien déroulées, l’été si la récolte de blé était bonne, à l’automne si les pommiers donneraient du bon cidre...

En 1991, une petite fête avait été organisée à l’occasion de son centenaire et elle avait eu le privilège d’un article dans le journal local.

Voilà, cette lettre Q se résumera donc à « Qui je veux !! »


L’arbre :

Marie Augustine Emilienne POTTIER (1889-1983) – sosa 25
André Pierre Marius LABAUME (1912-1966) – sosa 12
Mon papa - sosa 6
Moi – sosa 3
Mes filles – sosa 1


Pour aller plus loin :

J’aimerai un jour démêler les circonstances de l’arrivée de mon arrière-grand-père en Normandie..

J’en avais déjà parlé dans ces 2 articles :
- L'histoire familiale et la réalité
- L'histoire familiale et la réalité – la suite

Statistiques de ma généalogie sur les prénoms féminins commençant par la lettre Q :

Comme expliqué au début de cet article, c’est le néant pour cette lettre là !!


Vous trouverez ici la récapitulation de tous les articles publiés pendant ce challenge AZ 2017.

lundi 19 juin 2017

#ChallengeAZ - P comme Pierrette

P comme Prudence, Philippine, Pascale, Perrine, Pauline, Palmire... ou encore Pierrestte.


Pierrette JANIAUD voit le jour le 19 fructidor an II (5 septembre 1794) à Lugny-lès-Charolles en Saône-et-Loire.

Elle est la fille de François JANIAUD, tailleur de pierre et de Jeanne VITURET, cultivatrice.

Ces derniers se sont mariés à Lugny-lès-Charolles le 7 février 1786.

Elle a pour frères et sœurs : Marie née en 1786, Pierre né en 1788, Jacqueline née à la date emblématique du 14 juillet 1789, Laurent né en 1790, Nicolas né en 1792 et Jean Marie né en 1797.

Elle épouse Louis RENAND (ou RENON), garde particulier, le 1er octobre 1817 dans sa commune de naissance.

Ils vont avoir 8 enfants :

Jean (1818 décédé à 6 mois), Charlotte (1819), Marie (1821), Pierre (1822), Marguerite (1825), Jeanne Marie (1826), Pierre (1827) et Françoise (1830).

Elle perd sa mère Jeanne VITURET âgée de 60 ans le 11 mai 1826 et son père François Marie JANIAUD âgé de 67 ans pile 2 ans plus tard le 11 mai 1828.

Son époux Louis décède le 17 novembre 1871, il a 74 ans.

Pierrette s’éteint à l’âge de 84 ans le 17 juillet 1879.


La fiche Geneanet de Pierrette JANIAUD.





L’arbre :

Pierrette JANIAUD (1794-1879) – sosa 195
Charlotte RENAND (1819-1882) – sosa 97
André LABAUNE (1855- ?) – sosa 48
Jean LABAUNE (1888-1967) – sosa 24
André Pierre Marius LABAUME (1912-1966) – sosa 12
Mon papa – sosa 6
Moi – sosa 3
Mes filles – sosa 1


Pour aller plus loin :

Ah ! Ma branche bourguignonne, la branche à laquelle je dois mon nom de naissance, ce nom qui n’était porté que par ma famille dans ma Normandie natale, je me sentais unique !

Je me suis sentie nettement moins unique quand le sort a voulu que je m’installe quelque temps en Bourgogne pour mon premier travail !

Il me manque a priori rien sur Pierrette, j’ai sa naissance, son mariage, ses enfants, son décès... Il me manque tout de même quelques sources, notamment son acte de naissance et ceux de tous ses frères et sœurs. Il en est de même pour son époux.

J’ai récupéré quelques données sur Geneanet, apparemment une autre de ses filles aurait épousé un LABAUNE, il faudra que je vérifie s’il s’agit bien du frère de l’époux de Charlotte.

Donc quelques vérifications s’imposent... Encore du travail en perspective !

Statistiques de ma généalogie sur les prénoms féminins commençant par la lettre P :

Perrine est en tête des prénoms féminins commençant par la lettre P avec 12 utilisations. Suivent Pauline (9 fois) et Prudence (7 fois). Au pied du podium, Pierrette avec 3 porteuses. Ensuite avec 2 utilisations chacune, viennent Paulette, Petronille et Pulcherie.

samedi 17 juin 2017

#ChallengeAZ - O comme Odette

O comme Opportune, Odile, Octavie, Orélie, Ortense, Onésine.... ou encore Odette.


Odette Andrée Julienne RECULARD est née le 29 avril 1906 à Épaignes dans l’Eure. Son père Maurice Julien RECULARD est cultivateur et sa mère Rosa Louise Adrienne LEFEBVRE est domestique. Ils se sont mariés le 12 avril 1904.

Odette est l’aînée d’un fratrie de 4, suivront Julien Maurice Albert en 1908, Maurice Julien Albert en 1910 (il décède à 12 jours) et Marcel Émile Maurice en 1911 (il décède à l’âge d’à peine 2 mois).

Le 29 novembre 1933 à Saint-Germain-Village, elle épouse Henri Georges Maurice DESHAYES, commerçant de 23 ans fils de Léon Henry DESHAYES marchand fruitier et de Ernestine Emma HEBERT.

Elle a au moins 1 enfant, le grand-père de mon mari né en 1936.

Son époux Henri DESHAYES décède le 27 janvier 1968 à Pont-Audemer (Eure) à seulement 57 ans.

Elle décède à Grugny (Seine-Maritime) le 14 février 1985 à l’âge de 78 ans.


La fiche Geneanet de Odette Andrée Julienne RECULARD.


L’arbre :

Odette Andrée Julienne RECULARD (1906-1985) – sosa 21
↓ 
Le grand-père de mon mari – sosa 10
↓ 
La mère de mon mari - sosa 5
↓ 
Mon mari – sosa 2
↓ 
Mes filles – sosa 1


Pour aller plus loin :

Les données concernant sa descendance sont très parcellaires. Il faudrait que j’arrive à interroger le grand-père de mon époux pour savoir s’il a des frères et des soeurs.

Statistiques de ma généalogie sur les prénoms féminins commençant par la lettre O :

Seulement 7 prénoms commençant par la lettre O sont présents dans ma généalogie et pour chacun d’eux, une seule utilisation : Octavie, Odette, Odile, Onésine, Opportune et les très surprenants Orélie et Ortense.

Vous trouverez ici la récapitulation de tous les articles publiés pendant ce challenge AZ 2017.